Préparation du voyage à vélo

De Wiklou, le Wiki du Biclou
Aller à : navigation, rechercher

La préparation d'un voyage ou d'un petit tour à vélo impliquera des choses très différentes selon les personnes qui l'entreprennent. De même, un tour du monde de 40 000km autour de l'Equateur en passant par la Sibérie ne demandera pas la même réflexion et préparation qu'une semaine en été sur le canal du midi.

Cet article a l'ambitieux objectif de balayer la plupart des questions concernant la préparation d'un voyage à vélo, fut-il court ou prolongé.


Se poser quelques questions avant de partir

Imaginons, dans un premier temps, un voyage relativement long, de plus de quelques mois. Un voyage plus court ne demandera bien sûr pas autant de questionnement. Il convient pour une escapade longue de se projeter un peu et d'imaginer quel type de voyage vous voudriez faire, car cela implique des choix bien différent en terme d'équipement.

Voici quelques questions qui peuvent vous aider à y voir plus clair et préciser vos envies et besoins. Pour chaque question se trouve, entre parenthèses, une énumération non-exhaustive des choix à faire selon la réponse à la-dite question.

  • Les routes, même secondaires, des pays où j'irai sont-elles asphaltées ? Est-ce-que je veux me retrouver sur ces routes non asphaltées ? (Type de vélo, suspensions ou non, largeur des roues, type de pneus, etc,.)
  • De quel budget dispose-je, avant de partir, et pendant le voyage à vélo ? (Quelle qualité de vélo, d'équipement non-vélo, est-ce-que je prends une tente ou non, un réchaud/popotte ou non, réparations etmaintenance à faire faire ou faire soi-même, etc.)
  • Est-ce-que je veux être principalement seul, ou bien à deux, ou en groupe ? (Quel équipement, quelle trousse de secours mécanique, etc.)
  • Ai-je envie d'avoir beaucoup d'autonomie, et quelles sont mes connaissances en mécanique vélo, ou en débrouille ? (Quel équipement prendre, taille de la trousse de secours mécanique, se former un peu avant de partir, etc.)
  • Les pays que je traverserai ont-ils des pièces de rechange ? (Choix d'un vélo avec une mécanique plus "simple" ou plus complexe, pour ne pas galérer à trouver ou se faire envoyer des pièces. Exemple pour les freins)
  • Le trajet que je prévois contient-il beaucoup de dénivelé ? (Poids embarqué, taille des vitesses et plateau, etc.)

Et ensuite, pour des questions qui ne sont pas forcément directement liées au vélo :

  • Va-t-il faire froid/chaud/pluie ou va-t-il y avoir de grandes variations de températures ? (Quel quantité d'équipement)
  • Est-ce-que je veux embarquer du matos particulier, comme une caméra, guitare, panneau solaire, etc. ? (Comment les transporter, les protéger, etc.)


Ceci étant dit, les plans changent en voyage, et on finit le plus souvent par s'adapter. Des fois, il vaut mieux ne pas se poser trop de questions, et simplement partir et improviser !

Choisir son vélo de voyage

Pour plus de clarté dans l'article Préparation d'un voyage à vélo, un article détaillé Choisir son vélo de voyage a été créé.

Se faire une trousse de secours mécanique

Pour avoir un minimum d'autonomie, il est nécessaire d'avoir une trousse de secours mécanique, si possible faite intelligemment et bien pensée.

Voir l'article Liste des outils et pièces de rechange en voyage pour plus de détails.

Accessoires vélo non fixés

Ici seront évoqués les accessoires qui s'enlèvent du vélo, comme les sacoches, les lampes, bandes réfléchissantes, etc. Les accessoires fixés sur le vélo, comme le porte-bagage ou la selle, sont discutés dans l'article Choisir son vélo de voyage. (La "classification" des accessoires dans cet article ne correspond donc pas exactement à celle de la catégorie Cinq fonctions du vélo.)

Sacoches

Les sacoches de vélos sont vraiment très pratiques en voyage (plus qu'un sac à dos fixé avec des tendeurs !). Il en existe pleins de différentes, et donc différentes combinaisons sont possibles. Une tendance se développe de plus en plus appelée bikepacking, qui consiste à utiliser tous les recoins du vélo pour installer des sacoches, souvent sans même de porte-bagage. L'idée étant de s'alléger au maximum avec du matériel très réfléchi. Ce n'est pas forcément à faire en cas de long périple, mais il y a sûrement de quoi s'inspirer.

  • Sacoches arrières : Pour mettre le gros des affaires.
  • Sacoches avant, en général plus petites : Si on manque de place à l'arrière, et pour équilibrer le poids avant-arrière. Certain-e-s recommandent même de mettre une grosse partie du poids à l'avant.
  • Sacoches de cadre : triangle (plus ou moins grande), et sacoches allongées

Pour mettre pleins de petits trucs devant rester accessibles.

  • Sacoches de guidon : Idem.
  • Sacoches sur le porte-bagage avant : Idem.


Dans l'idée, c'est bien d'avoir accessible les objets du quotidien (téléphone, cartes, argent, coupe-vent/veste de pluie, gants, lembas, etc.), par exemple dans une sacoche guidon, une petite triangulaire de cadre ou à l'avant. Dans une des sacoches à l'arrière peut se trouver le matériel de la journée, mais dont on n'a pas besoin tout le temps (le casse-croûte !). Et dans une autre, le matériel pour le soir : tente, réchaud, pull chaud, affaires de rechange, etc. Avant de partir, vous pouvez commencer à vous projeter, et voir ce qui serait pratique pour vous, en fonction de votre matos.

En fait, les sacoches sont presque la dernière acquisition à faire avant de partir : une fois qu'on a rassemblé tout son équipement, on aura une bien meilleure idée de ce qu'on va utiliser et comment. Cela permet de faire un choix plus avisé quant aux sacoches. Par exemple, de pas se retrouver avec 6 sacoches alors que tout rentre dans 3.

Une grande variété de prix et de qualité de sacoches vélos sont disponibles de nos jours. Vous trouverez certainement très vite des avis concernant les différentes marques principales (le but de cet article n'étant pas de faire un comparatif).

Quelques points à penser avant l'achat/la fabrication :

  • L'étanchéité ! (Souvent il est question d'imperméabilité quand les sacoches ne sont pas 100℅ (99℅ ?) étanches)
  • La contenance
  • La solidité (matériaux/techniques utilisés)
  • La facilité de crochage/décrochage
  • Le poids
  • La visibilité ou la discrétion (couleur, présence de réflecteurs)


Et quelques conseils divers sur les sacoches :

  • Equilibrez vos sacoches à gauche et à droite. Mais pensez aussi au ratio avant-arrière : en montée, si vous êtes très chargé-e-s à l'arrière et peu à l'avant, la roue avant aura tendance à se décoller du sol. En revanche, un chargement trop important à l'avant rendra le guidon plus difficile à manier, surtout à deux à l'heure, après une montée non-stop de 20km, et une réserve d'énergie proche du néant.
  • Des sacoches plus près du sol permettent de baisser le centre de gravité du vélo, et donc d'avoir plus de stabilité ainsi qu'une meilleure adhérence dans les virages. Des porte-bagages existent avec une barre spéciale pour fixer les sacoches, plus basse que la "plateforme" du porte-bagage. Cela peut aussi se souder assez facilement sur un porte-bagage en acier.
  • Les sacoches font souvent environ 20 litres chacune à l'arrière, et 10 litres chacune à l'avant. C'est une base uniquement, un ordre d'idée à adapter.
  • Si vous n'êtes pas bien sûr-e-s de l'étanchéité de vos sacoches (parce que vous avez récupéré des sacoches en cuir de la Poste des années 60 par exemple), c'est une bonne idée de mettre un grand sac poubelle dans la sacoche et de mettre vos affaires dedans.
  • Et comme avec un sac à dos, plus on a d'espace, plus on prend de choses ! Que l'on regrettera peut-être à mi-chemin du Galibier...

Dans la page Fabrication de sacoches de voyage, vous trouverez différents modèles pour vous inspirer.

Bandes réfléchissantes et catadioptres

Il y a plusieurs écoles sur la question : certain-e-s préfèrent avoir du réfléchissant de partout pour être vu, quand d'autres préfèrent jouer sur la discrétion pour être moins vu-e en camping, parfois ou souvent sauvage ! Bon, dans l'ensemble, le mieux, c'est quand même d'arriver à pas rouler de nuit.

Note : certains pays obligent, en théorie ou en pratique, tout un arsenal de fluo et de lampes quand on roule de nuit.

Lampes

Il y a des lampes qui se fixent sur le guidon ou le vélo. Comme on a souvent besoin de lampe de poche en voyage, le mieux c'est d'associer les deux (avec une frontale par exemple). Dans tous les cas, ça peut être bien d'avoir une petite lumière rouge pour l'arrière. Il y a d'ailleurs des frontales qui une lumière blanche devant et rouge derrière.

Pour les puristes, il y a la dynamo : c'est clair que c'est la classe, et qu'on ne tombe jamais en rade de piles. Par contre, ce n'est pas un équipement très versatile, et c'est une chose de plus qui peut s'abîmer sur le vélo.

Casque

Le casque a le grand avantage de pouvoir sauver la vie, mais il ne fait pas l'unanimité en voyage vélo. Faites comme vous les sentez, mais si vous optez pour le casque, alors achetez un vrai qui suit les normes ISO. Il ne faut pas négliger qu'on peut se sentir plus en sécurité avec un casque, et donc faire moins attention. Alors si un accident se produit, autant que le casque soit suffisamment bien étudié pour protéger !

De même, si on porte un casque, il faut toujours qu'il soit bien serré. Un casque mal ajusté est dangereux, pour le même sentiment de sécurité qu'il procure, sans toutefois octroyer vraiment sa protection.

Note : Dans certains pays, comme le Chili ou l'Australie, le port du casque est obligatoire en vélo, même pour les supers ciclovoyageureuses.

Antivol

C'est quand même bien d'avoir un antivol avec soi. En général, en voyage à vélo, on ne reste pas bien loin de sa monture, ce qui fait qu'un énorme cadenas bien solide indispensable dans certaines villes n'est pas forcément nécessaire sur la route. C'est même souvent encombrant et lourd pour rien. Les cadenas à code sont très biens en voyage, car ils évitent de se poser la question de la clef et éventuellement de la perte de la clef.

Sinon, un bon complément en voyage peut être le cadenas "intégré" au cadre qui bloque la roue arrière (on les trouve fréquemment sur les vélos venus du Nord de l'Europe).

L'équipement non-vélo

L'équipement dépendra des conditions climatiques rencontrées, du budget du/de la voyageur-euse, des envies, de la forme physique, et de pleins d'autres facteurs qu'il est inutile d'énumérer !

Comme il y a déjà mille et un site qui parlent d'équipement, voici seulement un bref aperçu de ce dont on peut avoir besoin en voyage, en insistant plus sur les spécificités vélo.

  • Duvet : En voyage vélo, plus qu'en bus ou en stop, on se retrouve plus facilement dans des situations où il peut faire froid, par exemple un long col à monter sur plusieurs jours, qui n'aurait pris qu'une journée étant motorisé-e. Suivant par où on compte passer en en quel saison, cela peut valoir le coup de partir avec un duvet ayant de bonnes performances. En vélo, une nuit dans le froid ça passe, mais plusieurs à la suite peuvent rendre le voyage vraiment difficile.
  • Gants : Servent à se protéger du froid, mais aussi de la sécheresse en faisant écran à un vent sec. Protège aussi du soleil, qui dans certains coins du monde abîme beaucoup les mains (et le nez).
  • Casquette/chapeau : En écho au point précédent, un couvre-chef avec visière permet d'éviter de se tartiner de crème solaire et d'être tout dégoulinant. En cas de pluie, un couvre-chef permet aussi de se recevoir les gouttes dans les yeux. La casquette a l'avantage de passer sous un casque.
  • Un tour de cou/un bout de tissu calé sous la casquette : Pareil que précédemment, une protection quelconque pour la nuque et les oreilles.
  • Vêtements longs : Pareil, c'est bien pour se protéger du soleil.
  • Cuissard : C'est une question de préférence ! Une bonne selle peut néanmoins être déjà suffisante pour ne pas avoir besoin de cuissard.
  • Protection contre la pluie : Il y a les pro-ponchos, les pro-capes (poncho avec manches) et les pro-vestes. L'avantage d'une veste est de ne pas battre au vent, surtout en descente. Le poncho quant à lui offre une bonne aération (moins de sueur en montée), et protège mieux les jambes. Certains ponchos passent même par-dessus le guidon, protégeant bien les mains et les bras. Dans une certaine mesure, on peut cintrer le poncho pour l'empêcher de battre le vent. Il faut pour cela accepter abandonner toute notion de style. La cape se trouve donc un peu entre les deux !

Le pantalon de pluie est une bonne solution, mais il s'abîme vite avec les frottements. En région tempéré, on peut souvent s'en passer. En région froide et pluvieuse, il devient très important. Il existe aussi des protections spéciales pour chaussures. Un simple sac plastique peut aussi faire l'affaire (sur la chaussure, ou entre la chaussette et la chaussure). Dans tous les cas, s'il pleut vraiment beaucoup, la meilleure protection contre la pluie est une bonne terrasse de café avec un toit. Ayez un équipement pluie qui vous amène au moins jusque là, et une paire de chaussettes sèches !

  • Bâche : Une bâche agricole (la noire, basique), ou un autre type de bâche, de 2mx2m ou 3mx3m environ, a de multiples usages : elle permet de faire un abri temporaire sur le bord de la route en cas d'énorme pluie, protégeant les vélos et leur moteur (c'est-à-dire vous). La nuit, on peut la mettre sur les vélos, en la coinçant un peu entre les rayons, les pédales, etc. Si quelqu'un-e tentait de mettre ses mains sur les vélos, vous entendrez sûrement le plastique bouger. De plus, le noir cache mieux les vélos des regards pendant la nuit. La bâche peut aussi servir à cacher (et à protéger de la pluie) des vélos que vous laisseriez dans la un coin de la forêt le temps de faire une balade à pied.
  • Autres objets à prévoir, sans spécificités vélo : Tente/abri (certaines tentes peuvent englober les vélos), popotte/gamelle, livre/liseuse électronique, matériel de couture, petit carnet à tout, pharmacie, son doudou, appareil photo, réchaud (à alcool, au gaz, à l'essence, ou même à notre très cher feu !), etc.

Il y a beaucoup de conseils à trouver sur le site randonner-léger.org (entre autres) destiné normalement à la randonnée, notamment dans la section bricolage (réchaud, abris, etc), dont le lien est en bas de page.


Quelques conseils en vrac avant le départ

  • Pas besoin d'une condition physique de fou/de folle pour faire du vélo ! On peut partir sans faire de la bicyclette régulièrement. Il suffit de s'adapter et de s'écouter. Pour les moins entraîné.e.s, partez tranquille, faites 10 ou 20km par jour au début et évitez les blessures.
  • De même, pensez un peu au trajet que vous allez faire et estimez un peu le dénivelé de vos destinations.
  • Evitez de trop vous charger, surtout si les trajets que vous prévoyez passent par de grosses montagnes (Alpes, Amérique du Sud,...). Pour donner un ordre d'idée, moins de 20kg (sans compter le vélo et les porte-bagages, mais en comptant les sacoches et le reste de l'équipement) est considéré comme plutôt léger. Ce sera donc très appréciable dans des terrains souvent pentus. Vous sentirez déjà plus les 20kg à 30kg lors des longues montées. Au-dessus de 30kg, vous faites comme vous voulez, mais vous avez sûrement de la marge pour enlever quelques objets superflus (genre un mixeur électrique).

Bien sûr, l'équipement embarqué est très lié aux destinations, au niveau d'autonomie et au confort souhaité, ainsi qu'au budget. Voir la partie sur l'équipement non-vélo. Et à plusieurs, une bonne partie du poids peut être divisée !

  • En voyage à vélo, on passe son temps à ouvrir et fermer ses sacoches. Avoir les choses dont on a tout le temps besoin sous la main, c'est très agréable.
  • Et pour les choses en vrac dans les sacoches, vous pouvez prévoir pleins de sacs en tissu, pourquoi pas de taille et de couleur différente. Cela permet d'accéder bien plus vite à tout, en remettant tout plus facilement.

Références externes