Synthèse du questionnaire sur la coopération inter-ateliers : Différence entre versions

De Wiklou, le Wiki du Biclou
Aller à : navigation, rechercher
(Répercussion sur les ateliers en pratique)
 
(18 révisions intermédiaires par 3 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
Ce questionnaire est issu d'une envie de creuser la question des coopérations, il est à l'initiative du groupe Territruc de l'Heureux Cyclage. Face au constat joyeux qu'en 2017, il y plus d'une centaine d'ateliers, dans beaucoup de territoires, notamment ruraux et que les distances entre les ateliers voisins ont respectivement diminuées par rapport au commencement du réseau. De plus, dans les faits de nombreux ateliers coopèrent de manière informelle sur les territoire et parallèllement à cela, se sont constituées à partir de 2014, les premières Clavettes, à Lyon, en IdF, à Grenoble et Saint-Étienne. Le réseau arrivait donc à un moment où il s'interrogeait, il souhaitait repenser son lien avec les ateliers et la forme que prend les liens entre les ateliers d'un même territoire. Plus d’une centaine d’ateliers ont répondu durant l’automne 2017, à ce questionnaire, les principaux retours sont listés plus bas.
 +
 
=Liens entre les ateliers=
 
=Liens entre les ateliers=
  
Ligne 5 : Ligne 7 :
 
3/4 des autres qui ne sont pas en lien souhaiteraient développer des liens de coopération avec d’autres.   
 
3/4 des autres qui ne sont pas en lien souhaiteraient développer des liens de coopération avec d’autres.   
  
===Pour===
+
===Des liens qui créent du commun===
 +
 
 +
On retrouve ainsi majoritairement :
 +
 
 +
- Des échanges de matériel,
 +
 
 +
- Des discussions et conseils sur les bonnes pratiques,
 +
 
 +
- De la création et de la mise en place d'événements communs.
 +
 
 +
===Même si ce n'est pas toujours simple===
 +
 
 +
Les ateliers répondants citent alors même quelques obstacles qui viennent freiner le déploiement de la coopération, notamment :
 +
 
 +
- l'isolement géographique,
  
- Des échanges de matos
+
- le manque de moyens humains,
  
- bonnes pratiques
+
- le manque de priorité pour l’asso
  
- Événements communs
+
- les divergences de valeurs voire d’entente humaine, voire pas de volonté du tout (rarement cité)
  
===Mais===
+
=Pistes de la mise en réseau local=
  
- isolement géographique
+
L'enquête met en lumière les pistes suivantes :
  
- par manque de moyens humains
+
- La plupart de ces mises en lien émane d’une dynamique de réseau, notamment de par L’Heureux Cyclage ;
  
- par manque de priorité pour l’asso
+
- Par essaimage ensuite (demande d’aide ou proposition d’aide d’anciens);
  
- On cite également des divergences de valeur voire d’entente humaine, voire pas de volonté du tout (rarement cité)
+
- Des rencontres et visites mutuelles informelles ;
  
=Historique de la mise en réseau local=
+
- On note aussi le phénomène d’ "exode" : une personne active d’un atelier déménage et va créer un autre atelier ailleurs;
  
- La plupart de ces mises en lien émane d’une dynamique de réseau, notamment de par L’Heureux Cyclage.
+
- Des appels à projet sur un même territoire (pour l'organisation d'événements, récup en déchètterie, etc...).
- Par essaimage ensuite (demande d’aide ou proposition d’aide d’anciens
 
- Des rencontres et visites mutuelles informelles.
 
- On note aussi le phénomène d’ »exode » : une personne active d’un atelier déménage et va créer un autre atelier ailleurs.
 
- Des appels à projet sur un même territoire (pour orga événements, récup en déchèt’, etc)
 
  
 
=Activités de coopération=
 
=Activités de coopération=
  
[[Fichier:Activités de coopération.png|Liste des activités de coopérations partagées par les ateliers du réseau]]
+
[[Fichier:Activités de coopération.png|700px|Liste des activités de coopérations partagées par les ateliers du réseau]]
  
 +
[[Les exemples de coopération entre ateliers proches]] sont plus détaillés sur cette page.
  
 +
[[Catégorie:Coopération inter-ateliers]]
  
 
===Autres activités communes recensées===
 
===Autres activités communes recensées===
 
 
Vélos de courtoisie mutualisés, Balades (événements communs), concertation et plaidoyer groupé, ateliers création en commun, atelier en mixité choisie.
+
Il y a bien entendue une longue liste de coopération possibles (qui varient en fonction des ateliers, des envies, des moyens disponibles) : vélos de courtoisie mutualisés, balades (événements communs), concertation et plaidoyer groupé, ateliers création en commun, atelier en mixité choisie, etc...
+
 
 
 
===Complémentarités entre les ateliers===
 
===Complémentarités entre les ateliers===
  
différences d’espace (capacité d’accueil et de stockage)
+
Les ateliers se développent et ne se ressemblent pas tant par l'espace dont ils disposent, que leur modèle économique, que leurs activités :
atelier soudure
+
 
VTT Vs vélos de ville
+
- capacité d’accueil et de stockage,
Ancienneté Vs nouveau. Compétences, vieux outils
+
 
quartiers d’agglo différents
+
- atelier soudure ou pas,
Modèle économique donc accessibilité. Adhésion prix libre VS adhésion un peu chère. Public différents
+
 
Vélo-école, d’autres non. Variété des projets portés en général, accessibles aux autres
+
- le type de vélo bricolés : VTT Vs vélos de ville,
 +
 
 +
- la question de l'antériorité : Ancienneté Vs nouveau. Compétences, vieux outils,
 +
 
 +
- la localisation sur un même territoire : quartiers d’agglo différents,
 +
 
 +
- le modèle économique et son lien avec l'accessibilité de l'atelier. Adhésion prix libre VS adhésion un peu chère, variété des publics, etc...
 
 
Partenariat différents vers l’extérieur
+
- Variété des projets portés en général, Vélo-école, d’autres non, accessibles aux autres (?),
réseau politique et autre à mutualiser
+
 
 +
- Partenariat différents vers l’extérieur, réseau politique et autre à mutualiser.
  
 
=Freins et succès=
 
=Freins et succès=
  
===Principales difficultés rencontrées par les ateliers pour coopérer (dans l’ordre)===
+
===Principales difficultés rencontrées directement par les ateliers pour coopérer===
  
- Manque de temps (effet réseau)
+
Ici sont recensées dans l'ordre (en termes d’occurrence ?) les principales difficultés évoqués par les ateliers dans l'enquête :
  
- Distance entre les ateliers
+
- Manque de temps (effet réseau),
  
- Différence de valeurs
+
- Distance entre les ateliers,
  
- Priorité d’activités
+
- Différence de valeurs,
  
- Intérêts communs ?
+
- Priorité d’activités,
  
===Difficultés à terme===
+
- Intérêts communs, etc...
  
- Le temps. Souci de faire reposer les projets sur seulement quelques personnes. Mobilisation des bénévoles
+
===Difficultés à termes===
  
-Problème de comm entre assos
+
Et celles recensées sur un temps plus long :
  
- Rotations des tâches
+
- Le temps ; (j'ai choisi de séparer le temps du point d'après)
  
- Accepter que ça aille lentement
+
- la centralisation de la coordination : avec le souci de faire reposer les projets sur seulement quelques personnes, la mobilisation des bénévoles ;
  
- Manque d’objectifs communs
+
- les problèmes de communication entre associations ;
  
- Effet réseau
+
- les rotations des tâches ;
  
- Baisse des contrats aidés
+
- le fait d'accepter que ça aille lentement ;
  
- Prob internes des ateliers pour dynamiser le collectif. Priorités
+
- Manque d’objectifs communs ;
  
- Confiance qui se perd
+
- l'effet réseau (peut-être à développer plus ?) ;
 +
 
 +
- la baisse des contrats aidés ;
 +
 
 +
- les problème internes des ateliers pour dynamiser le collectif. Priorités (??) ;
 +
 
 +
- la confiance qui se perd.
  
 
===Satisfaction===
 
===Satisfaction===
  
- échanges humains et rencontres. Amour, bon entente et collaboration
 
  
- événements communs
+
Il y a bien entendu à court-termes plein de points de satisfaction mentionnés par les ateliers dans l'enquête :
  
- Non-concurrence
+
- les échanges humains et rencontres : amour, bonne entente et collaboration ;
  
- essaimage effectif(conseils, formations…). Encouragement
+
- les événements communs ;
  
- fiière récup
+
- le principe de non-concurrence ;
  
- Mutualisation de moyens
+
- l'[https://www.heureux-cyclage.org/guide-de-l-essaimage.html essaimage] effectif (est-ce qu'on ne renverrait pas ici vers le kit de l'essaimage? c'est pour ça que j'ai mis le lien) (conseils, formations…), encouragements ;
  
- Ne pas être seul. Solidarité possible si coup dur
+
- la filière récupération ;
  
- Connaissance, reconnaissance induite par ce travail
+
- la mutualisation de moyens ;
 +
 
 +
- le sentiment de ne pas être seul·e avec notamment les solidarités possibles en cas de coups durs ;
 +
 
 +
- la connaissance et la reconnaissance induites par ce travail ;
 +
 
 +
- des conflits potentiels absorbés/atténués.
  
- Conflits potentiels abosrbés/atténués
 
 
 
 
===Facteurs de réussite et solution===
 
===Facteurs de réussite et solution===
 +
 +
Ici, il est question d'essayer de prendre de la hauteur, de pointer les facteurs facilitateurs et les réussites d'une coopération fructueuse :
 
 
- garder la complémentarité et l’autonomie, avancer dans la même direction et ensemble si besoin (tous deux roues)
+
- le fait de garder de la complémentarité et l’autonomie en avançant dans la même direction ;
  
- Rester informels
+
- le choix de rester informels ;
  
- demande de sub
+
- les demandes de subvention (les obtenir, les mutualiser, c'est pas clair ?) ;
 
 
- trouvé local
+
- trouvé local (pas clair pour moi, le chercher à plusieurs, ou le fait d'avoir un local ?) ;
  
- création asso en dc
+
- création d'association en dc (je ne comprends pas dc ?) ;
  
- outils de partage adapté, framasoft… Et le dialogue
+
- des outils de partage adapté, framasoft… Et le dialogue, bien sûr !
 
 
- intervention éduc pop externe pour identifier projets communs
+
- l' intervention d'intervenant·es externes du champs de l'éducation populaire pour identifier projets communs ;
  
- Rencontres physiques, notamment grace à une énergie motrice. Rencontres régionales
+
- les rencontres physiques, notamment grâce à une énergie motrice, les rencontres régionales ;
 
 
- Convention Clavette avec le réseau
+
- la convention Clavette avec le réseau (préciser ? Pas clair pour moi) ;
  
- L’appartenance à la Clavette est affirmée dans l’atelier, visibilité pour les bénévoles
+
- l' affirmation de l’appartenance à la Clavette dans l’atelier, avec une vraie visibilité pour les bénévoles.
  
 +
=Répercussion sur les ateliers en pratique=
  
=Répercussion sur les ateliers en pratique=
+
In fine, l'enquête fait ressortir pour les ateliers les répercussions concrètes des pratiques de coopération pour les acteliers :
  
- + de récup
+
- Plus de récupérations de vélos (même si pour certains ateliers c'est encore trop tôt pour le dire) ;
  
- Peu ou presque. Ou on ne sait pas trop, trop tôt pour le dire.
+
- Peu ou presque. Ou on ne sait pas trop, trop tôt pour le dire. ( je l'enlèverai et laisserais plutôt la parenthèse rajoutée en haut) ;
  
- de la visibilité
+
- Plus de la visibilité ;
  
- + d’adhérerents (sauf un atelier mais remise en doute de ce phénomène)
+
- Plus d'adhérent·es (au global) ;
  
- Obtention d’un local
+
- l'obtention d’un local ;
  
- Création de l’atelier
+
- la création de nouveaux ateliers (processus d'essaimage effectif)
  
 
[[Catégorie:Coopération inter-ateliers]]
 
[[Catégorie:Coopération inter-ateliers]]

Version actuelle datée du 2 avril 2020 à 11:44

Ce questionnaire est issu d'une envie de creuser la question des coopérations, il est à l'initiative du groupe Territruc de l'Heureux Cyclage. Face au constat joyeux qu'en 2017, il y plus d'une centaine d'ateliers, dans beaucoup de territoires, notamment ruraux et que les distances entre les ateliers voisins ont respectivement diminuées par rapport au commencement du réseau. De plus, dans les faits de nombreux ateliers coopèrent de manière informelle sur les territoire et parallèllement à cela, se sont constituées à partir de 2014, les premières Clavettes, à Lyon, en IdF, à Grenoble et Saint-Étienne. Le réseau arrivait donc à un moment où il s'interrogeait, il souhaitait repenser son lien avec les ateliers et la forme que prend les liens entre les ateliers d'un même territoire. Plus d’une centaine d’ateliers ont répondu durant l’automne 2017, à ce questionnaire, les principaux retours sont listés plus bas.

Liens entre les ateliers

2/3 des ateliers répondant sont en lien de coopération avec d’autres. Ils sont en moyenne en lien avec 3,5 autres ateliers (plus ou moins voisins).

3/4 des autres qui ne sont pas en lien souhaiteraient développer des liens de coopération avec d’autres.

Des liens qui créent du commun

On retrouve ainsi majoritairement :

- Des échanges de matériel,

- Des discussions et conseils sur les bonnes pratiques,

- De la création et de la mise en place d'événements communs.

Même si ce n'est pas toujours simple

Les ateliers répondants citent alors même quelques obstacles qui viennent freiner le déploiement de la coopération, notamment :

- l'isolement géographique,

- le manque de moyens humains,

- le manque de priorité pour l’asso

- les divergences de valeurs voire d’entente humaine, voire pas de volonté du tout (rarement cité)

Pistes de la mise en réseau local

L'enquête met en lumière les pistes suivantes :

- La plupart de ces mises en lien émane d’une dynamique de réseau, notamment de par L’Heureux Cyclage ;

- Par essaimage ensuite (demande d’aide ou proposition d’aide d’anciens);

- Des rencontres et visites mutuelles informelles ;

- On note aussi le phénomène d’ "exode" : une personne active d’un atelier déménage et va créer un autre atelier ailleurs;

- Des appels à projet sur un même territoire (pour l'organisation d'événements, récup en déchètterie, etc...).

Activités de coopération

Liste des activités de coopérations partagées par les ateliers du réseau

Les exemples de coopération entre ateliers proches sont plus détaillés sur cette page.

Autres activités communes recensées

Il y a bien entendue une longue liste de coopération possibles (qui varient en fonction des ateliers, des envies, des moyens disponibles) : vélos de courtoisie mutualisés, balades (événements communs), concertation et plaidoyer groupé, ateliers création en commun, atelier en mixité choisie, etc...

Complémentarités entre les ateliers

Les ateliers se développent et ne se ressemblent pas tant par l'espace dont ils disposent, que leur modèle économique, que leurs activités :

- capacité d’accueil et de stockage,

- atelier soudure ou pas,

- le type de vélo bricolés : VTT Vs vélos de ville,

- la question de l'antériorité : Ancienneté Vs nouveau. Compétences, vieux outils,

- la localisation sur un même territoire : quartiers d’agglo différents,

- le modèle économique et son lien avec l'accessibilité de l'atelier. Adhésion prix libre VS adhésion un peu chère, variété des publics, etc...

- Variété des projets portés en général, Vélo-école, d’autres non, accessibles aux autres (?),

- Partenariat différents vers l’extérieur, réseau politique et autre à mutualiser.

Freins et succès

Principales difficultés rencontrées directement par les ateliers pour coopérer

Ici sont recensées dans l'ordre (en termes d’occurrence ?) les principales difficultés évoqués par les ateliers dans l'enquête :

- Manque de temps (effet réseau),

- Distance entre les ateliers,

- Différence de valeurs,

- Priorité d’activités,

- Intérêts communs, etc...

Difficultés à termes

Et celles recensées sur un temps plus long :

- Le temps ; (j'ai choisi de séparer le temps du point d'après)

- la centralisation de la coordination : avec le souci de faire reposer les projets sur seulement quelques personnes, la mobilisation des bénévoles ;

- les problèmes de communication entre associations ;

- les rotations des tâches ;

- le fait d'accepter que ça aille lentement ;

- Manque d’objectifs communs ;

- l'effet réseau (peut-être à développer plus ?) ;

- la baisse des contrats aidés ;

- les problème internes des ateliers pour dynamiser le collectif. Priorités (??) ;

- la confiance qui se perd.

Satisfaction

Il y a bien entendu à court-termes plein de points de satisfaction mentionnés par les ateliers dans l'enquête :

- les échanges humains et rencontres : amour, bonne entente et collaboration ;

- les événements communs ;

- le principe de non-concurrence ;

- l'essaimage effectif (est-ce qu'on ne renverrait pas ici vers le kit de l'essaimage? c'est pour ça que j'ai mis le lien) (conseils, formations…), encouragements ;

- la filière récupération ;

- la mutualisation de moyens ;

- le sentiment de ne pas être seul·e avec notamment les solidarités possibles en cas de coups durs ;

- la connaissance et la reconnaissance induites par ce travail ;

- des conflits potentiels absorbés/atténués.

Facteurs de réussite et solution

Ici, il est question d'essayer de prendre de la hauteur, de pointer les facteurs facilitateurs et les réussites d'une coopération fructueuse :

- le fait de garder de la complémentarité et l’autonomie en avançant dans la même direction ;

- le choix de rester informels ;

- les demandes de subvention (les obtenir, les mutualiser, c'est pas clair ?) ;

- trouvé local (pas clair pour moi, le chercher à plusieurs, ou le fait d'avoir un local ?) ;

- création d'association en dc (je ne comprends pas dc ?) ;

- des outils de partage adapté, framasoft… Et le dialogue, bien sûr !

- l' intervention d'intervenant·es externes du champs de l'éducation populaire pour identifier projets communs ;

- les rencontres physiques, notamment grâce à une énergie motrice, les rencontres régionales ;

- la convention Clavette avec le réseau (préciser ? Pas clair pour moi) ;

- l' affirmation de l’appartenance à la Clavette dans l’atelier, avec une vraie visibilité pour les bénévoles.

Répercussion sur les ateliers en pratique

In fine, l'enquête fait ressortir pour les ateliers les répercussions concrètes des pratiques de coopération pour les acteliers :

- Plus de récupérations de vélos (même si pour certains ateliers c'est encore trop tôt pour le dire) ;

- Peu ou presque. Ou on ne sait pas trop, trop tôt pour le dire. ( je l'enlèverai et laisserais plutôt la parenthèse rajoutée en haut) ;

- Plus de la visibilité ;

- Plus d'adhérent·es (au global) ;

- l'obtention d’un local ;

- la création de nouveaux ateliers (processus d'essaimage effectif)