Trier et valoriser les ressources

De Wiklou, le Wiki du Biclou
Aller à : navigation, rechercher

Du recyclage au re-cyclage

Le recyclage est essentiel dans la démarche de l’atelier. De nombreux vélos sont abandonnés dans les caves des immeubles, dans les déchetteries, sur la voie publique. Les gens les jugent trop vieux, encombrants, inutilisables, intransportables, etc.

Sans but lucratif, l'atelier se veut être l'endroit où ces vélos terminent une première course avant d'être remis en état et de rouler à nouveau dans la rue. Les vélos inutilisables sont simplement démontés et leurs pièces mises à disposition des adhérents. En fin de chaîne de démontage, l'association rejette des cadres nus, des métaux, des plastiques, des pneus triés, qui seront plus faciles à recycler.

Ainsi, le mode de recyclage développé par l’association permettra de suivre le principe des 3R : réduire les déchets, réutiliser les pièces détachées et recycler les matières premières.

À moyen terme, nous espérons pouvoir collaborer avec les services des déchetteries pour pouvoir mettre en place un processus de récupération institutionnalisée des vélos. Cela permettrait de réduire le nombre de déchets encombrants et leur traitement qui reste onéreux pour la collectivité.

La récupération

Le fonctionnement d'un atelier

Les associations tentent de se faire connaître auprès des syndics d'immeubles qui débarrassent souvent leur cour ou leur cave de vélos inutilisés à la fin de l'année scolaire…Grâce à leur notoriété, les particuliers, les co-propriétés, les professionnels, mais aussi les collectivités (la Communauté d’Agglomération de Grenoble a donné 30 vélos de location en fin de vie à l’association "un p’tit vélo dans a tête") apportent directement des vélos inutilisés aux associations. Mais certaines d’entre elles se déplacent sur les lieux de récupération… avec des vélos équipés de remorques !

Des négociations sont en cours dans certaines villes pour récupérer les vélos jetés dans les déchetteries. Bien entendu cette stratégie nécessite un grand local, afin de stocker le nombre impressionnant de vélos jetés.

Plus d'info : Récupération (déchèterie)

Le tri et le démontage

À leur arrivée dans les ateliers, les vélos sont triés en fonction de leur état. Certains en mauvais état sont démontés par les bénévoles afin d'alimenter un stock de pièces détachées. Les séances de démontages se font de manière conviviale. Elles permettent souvent une première approche de la mécanique vélo puisqu’elles ne nécessitent aucune expérience particulière : il est toujours plus facile de démonter que de remonter ! D’autres vélos sont vendus en l’état à des utilisateurs des ateliers pour être remontés par leurs soins avec l’aide des animateurs d’ateliers. Cela permet là encore d’apprendre des rudiments de mécanique. Enfin, certains vélos peuvent être remis en état par l’association pour financer son activité.

L’Organisation du stock de pièces détachées

L’organisation du stock de pièces détachées est un enjeu majeur pour permettre leur réutilisation par les adhérents pour réparer et remonter les vélos. Les roues d'occasion sont très demandées, en raison de l’usure, du vandalisme et du vol (souvent dû à de mauvaises habitudes de protection contre le vol). Certaines pièces neuves, des consommables (pneus, câbles, chambres à air, etc.), pourront également être vendues pour faciliter les réparations des adhérents.

Plus d'info : Gérer le stock et organiser l'espace

Déchets à la sortie des ateliers

Les cadres nus et les pièces défectueuses, quand elles ne peuvent être affectées à une autre utilisation, sont amenés triés à la déchetterie. L’association cherchera à revendre l’acier et l’aluminium à des ferrailleurs. Au final, la part de "déchets" est extrêmement faible au vu des volumes arrivant dans les ateliers. Les pneus endommagés constituent l'essentiel de ces "déchets" ultimes non recyclables.

Certains ateliers ont fait le choix de revendre les déchets ultimes de métal à des ferrailleurs, l'acier et le métal n'ont pas vraiment la même valeur marchande, il convient donc de séparer les pièces en fonction de leur nature. Une discussion entre ateliers sur la liste Rayons fait apparaître des divergences de point de vue sur ce qu'il convient de faire : Certains pensent que les filières de recyclage de métal sont loin d'être vertueuses, et qu'il convient de les éviter, d'autres n'hésitent pas à y faire appel, au besoin de manière marchande. On constate que si des ateliers paient pour faire enlever ces pièces qui les encombrent, d'autres parviennent à les vendre. Les artistes qui travaillent le métal sont non seulement bienvenus, mais sollicités pour venir chercher ces pièces inutilisables.

La situation en région parisienne est assez différente : des ferrailleurs originaire d'Europe de l'Est tournent en permanence avec de vieux fourgons diesels pour récupérer la moindre épingle, mais il est avéré qu'une partie des déchets qu'ils ne peuvent pas traiter sont déversés sur des terres agricoles du côté de Chanteloup les Vignes, dans une plaine alluviale proche de la Marne.

A signaler en Lorraine, une association de récupération de l'aluminium : http://laluducoeur.e-monsite.com/